FrançaisDeutschItalianoEnglish versionNederlandsNihongo
Villa Palagione - L'histoire

 

On peut apercevoir déjà de loin le Mont Voltraio, un mont riche d'histoire qui domine la Villa Palagione et rythme son quotidien.

Pendant des siècles se dressait sur son sommet une redoutable forteresse construite autour du château de Monte Voltraio.

Des fouilles archéologiques, des fragments de murs et de colonnes antiques témoignent encore aujourd'hui de l'importance de ce lieu médiéval.


Représentation probable du Mont Voltraio au Moyen-âge (fresque de la Villa Palagione)

 

Les premiers documents écrits attestent déjà de l’existence de Voltraio en 967 après JC, lors de la visite de l'Empereur Otton le Grand. Elle atteint ensuite son apogée en tant que véritable commune aux XIIème et XIIIème siècles.

Au cours des siècles suivants la forteresse et son bourg furent rasés après avoir subi d'innombrables batailles.

 

Villa Palagione, construite il y a plus de 400 ans

Parallèlement à l'histoire du Mont Voltraio se développe l'histoire de la Villa. D'abord appelée "Villa du Bourg de Montevoltraio", les premiers documents dans lesquels elle est citée remontent à plus de 400 ans, époque de la dynastie des Médicis.

La Villa et son territoire appartenaient à l’époque à une grande famille noble de Volterra : les Minucci. Cette dynastie eut en charge pendant des siècles les intérêts politiques et économiques des Grands Ducs de Toscane. Volterra était alors un point de passage obligé de produits fort convoités comme le fer, l'argent et le sel. Ces produits naturels de première nécessité représentaient une importante source de richesse et de pouvoir, devenant ainsi souvent motifs de conflits.


Plaque commémorative datée de 1598
 
 
 

 

Pour les riches familles qui s'y succédaient, la villa était une résidence d'été et un pavillon de chasse mais aussi un important lieu de production agricole.

Au fil du temps la villa subit de continuels changements. Elle fut agrandie et adaptée au goût du jour jusqu'à prendre son aspect actuel entre le XVIIIème et XIXème siècles.

La ‘villa’ (maison de maître) dispose de nombreuses salles et chambres. Au premier étage, "le bel-étage" se trouvent les fresques et plafonds les plus beaux.

Villa Palagione, sauvée de l'abandon et revigorée d'une nouvelle vie

Au printemps 1986, un groupe d’amis italiens et allemands découvre la Villa Palagione. Malgré l’aspect catastrophique de la propriété, le groupe décide d’en faire l’acquisition. Celle-ci se trouve alors dans un état désastreux avec la majeure partie des toits effondrée, les voûtes et murs endommagés et beaucoup de fresques abimées par les infiltrations d'eau.

Ni la structure ni la forme de certaines pièces n’étaient plus reconnaissables. L'église elle-même avait été saccagée et les ronces recouvraient complètement les murs des édifices et le jardin.

Comme si cela ne suffisait pas, peu après la signature du compromis de vente la cage d'escalier s'effondre dans un vacarme infernal, entraînant avec elle trois étages. Qui aurait alors pu croire que redonner vie a un lieu dans un tel état de délabrement était alors possible ?

Malgré cette mésaventure, les travaux de restauration purent débuter peu de temps après. Ils furent exécutés dans le plus pur respect de la tradition locale et du patrimoine toscan. Les chambres et les plafonds furent reconstruits selon la technique du plafond en voûte et plâtrés a l’aide de matériaux naturels. Les balustrades et les portes disparues furent refaites à la main, les fresques détériorées minutieusement restaurées, impliquant un travail de plusieurs années.

Bien évidemment, le travail de restauration a également dû tenir compte des exigences modernes en termes de chauffage et d’installations sanitaires tout en garantissant l'accès aux personnes à mobilité réduite et en s'intégrant à l'environnement.
C'est avec l'inauguration de la nouvelle salle à manger en 1996 que les principaux travaux de restauration purent enfin être considérés comme terminés. Exécutés en grande partie par l’équipe-même de la villa et grâce à la bonne volonté de nombreux proches, ils auront duré plus de dix longues années mais ni le courage, ni l’énergie n’auront jamais fait défaut.